Janet Trigolet Ostéopathe
Saint-Gildas-de-Rhuys et Vannes

Cliquez ici pour modifier le sous-titre

Blog

Un peu d'histoire !

Publié le 27 février 2019 à 13:35

Ce mois-ci nous allons parler de l’histoire de l’Ostéopathie. Nous allons comprendre ses origines, son évolution dans le temps et son but.

Beaucoup de savoir-faire médicaux viennent de la médecine chinoise. L’ostéopathie en fait partie.

La médecine chinoise a vu le jour autour du XXème siècle avant JC. Le but de la médecine chinoise est de maintenir l’équilibre entre l’énergie intérieure du corps et toutes les parties extérieures. L’univers est fait de flux d’énergie constants et l’homme est au milieu de cet univers. La maladie est une conséquence d’un déséquilibre.

La médecine chinoise est une médecine préventive. Autrefois, les patients allaient voir leur médecin pour éviter de tomber malade et non quand il était déjà malade. La prévention permet au patient d’être toujours en harmonie interne et avec le monde extérieur. C’est aussi la base de l’ostéopathie, trop souvent oubliée.

D’autres médecines ont vu le jour après celle-ci : la médecine égyptienne, de Mésopotamie, grecque ou encore gréco-romaine. Toutes ont pu apporter des techniques et des savoirs à ce jour toujours connus et améliorés.


A l’Antiquité et au Moyen Age, nous entendons parler de médecine manuelle avec Hippocrate II de Cos ou encore Avicenne. Mais ce n’est qu’en 1874 que le mot « ostéopathie » va pouvoir voir le jour avec le médecin Andrew Taylor Still. Celui-ci va créer en 1892 l’American School of Osteopathy à Kirksville aux Etats Unis. John Martin LittleJohn sera un des élèves d’A.T. Still. Il apportera à cette discipline la physiologie qui n’était pas enseignée auparavant et qui est cependant très importante pour comprendre le fonctionnement du corps humain. En 1900, il quitte Kirksville avec ses 2 frères pour créer à Chicago l’American College of Osteopathy Medecin and Surgery. Le cursus d’études n’est alors que de 2 ans. Il retourne quelques années plus tard dans son pays natal, l’Angleterre, pour créer en 1930 la British School of Osteopathy à Londres. C’est à cette période que l’ostéopathie arrive en Europe.

A partir de ce moment-là, les ostéopathes vont se battre pour permettre à l’ostéopathie d’acquérir des lettres de noblesse. Elle est officiellement reconnue en Angleterre en 1993.


Ce n’est qu’en 1913 que l’ostéopathie est pour la première fois abordée en France. L’évolution est lente. Paul Gény (kinésithérapeute de base) intervient à maintes reprises pour que l’ostéopathie connaisse un succès. Il crée l’Ecole Française d’Ostéopathie réservée uniquement aux médecins et aux kinésithérapeutes. En 1960, Paul Gény est condamné car il enseigne l’ostéopathie à des non médecins ou kinés. Il faudra attendre 1990 pour que la première école d’ostéopathie, ouverte aux bacheliers et selon les critères de l’OMS, voit le jour : Ecole Supérieure d’Ostéopathie.

En 2002 la loi reconnaît l’existence de l’ostéopathie. Mais ce n’est qu’en 2007 que la délivrance des agréments sera faite et 14 centres de formations seront alors agréés. En 2009, 43 centres de formation ont ouverts leurs portes, pour la plupart non reconnus. C’est alors que commence le combat des syndicats des ostéopathes. Les écoles doivent obligatoirement proposer 4300 heures de formation et 5 ans minimum de formation avec 1000 heures de pratique encadrée selon les critères de l’OMS.

 

L’ostéopathie a été créée dans un but de prévention. De nos jours la plupart des patients ne le savent pas et la douleur est présente presqu’à toutes les consultations. Le but de l’ostéopathie est de redonner une bonne homéostasie au patient, ce qui veut dire de rétablir l’environnement interne de l’individu qui agira sur son bien-être physique et mental. C’est la résultante de l’équilibre de tous les systèmes du corps.

"Le corps humain ne fonctionne pas en unités séparées, mais comme un tout harmonieux" A.T.STILL.

Pour cela, en tant que praticien, nous pouvons agir sur tous les systèmes du corps : musculaires, articulaires, crâniens, viscérales mais aussi fascials (ce petit tissu qui recouvre chaque muscle, articulation, viscère etc… et qui relie tout le corps).

Bien sûr, plus la douleur est prise tôt, plus il sera « facile » d’agir dessus. Mais il ne faut pas oublier que pour une meilleure action le travail pluridisciplinaire sera la meilleure solution. Il se peut aussi que plusieurs séances soient nécessaires pour améliorer au mieux les douleurs. Il est recommandé de venir 2 à 3 fois par an pour maintenir cette homéostasie citée auparavant.

Enfin, l’ostéopathe, à la fin de chaque séance, vous conseille sur vos habitus de vie afin d’améliorer les douleurs et d’éviter au maximum leur retour. La guérison est un travail en 2 temps : d’abord la séance d’ostéopathie qui permettra un nouvel équilibre du corps puis la mise en place de conseils pour la vie de tous les jours. Ces derniers sont importants pour permettre de potentialiser la séance et il est vivement recommandé de les mettre en place.


Dans un prochain article, nous aborderons les différents systèmes et leurs douleurs et nous ajouterons à cela quelques exercices pour permettre une amélioration de ces douleurs.


Catégories : Aucun